Accueil

La collaboration permet de mener des travaux de suivi acoustique passif dans l’ensemble de l’aire de répartition de Sousa teuszii

La collaboration permet de mener des travaux de suivi acoustique passif dans l’ensemble de l’aire de répartition de Sousa teuszii

De gauche à droite : Les partenaires du CCAHD utilisent la surveillance acoustique passive pour soutenir la recherche sur les dauphins au Sénégal, au Cameroun, au Congo et en Guinée, grâce à l’équipement fourni par Chelonia Ltd, l’Université de St. Andrews (financé par la Fondation Loro Parque) et Morigenos.

Au cours des années 2023 et 2024, une collaboration croissante entre les partenaires du CCAHD au Congo, au Gabon, au Cameroun, en Guinée et au Sénégal et les membres internationaux du CCAHD basés au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Slovénie fournit de nouvelles données, des outils et des connaissances passionnantes sur les dauphins à bosse de l’Atlantique (AHD).

Les dauphins à bosse de l’Atlantique sont rares et vivent en petites populations isolées. Ils ont tendance à former de petits groupes et sont souvent très discrets dans leur comportement, ce qui les rend difficiles à observer dans la nature. Les études faites avec des petits bateaux dans les habitats littoraux peu profonds dont dépendent les dauphins à bosse peuvent être coûteuses et poser des problèmes logistiques partout dans le monde, mais plus particulièrement dans les régions reculées d’Afrique centrale et occidentale. Même lorsqu’elles sont financées et mises en œuvre avec succès, les études par bateau peuvent entraîner de nombreuses journées passées à chercher des dauphins sans les trouver.

Depuis sa création en 2020, le groupe de travail sur l’acoustique du CCAHD s’est concentré sur la façon d’utiliser efficacement le suivi acoustique passif comme un moyen potentiellement moins coûteux et surtout efficace de détecter les AHD dans les zones où la présence de l’espèce est connue, afin de comprendre s’il existe des modèles saisonniers, diurnes ou de marée qui déterminent leur présence, notamment dans les zones où leur présence est suspectée, afin de déterminer où des mesures de recherche et de conservation plus adaptées (basées sur des bateaux) seraient nécessaires.  Bien que l’équipement acoustique passif puisse être coûteux et que les ressources humaines nécessaires pour analyser les nombreuses heures/jours/mois d’enregistrements acoustiques soient considérables, les méthodes acoustiques passives peuvent être utilisées pour détecter les vocalisations des dauphins 24 heures sur 24 et dans des conditions météorologiques qui limiteraient les fréquences d’observation visuelle de l’étude.

Le principal défi de cet effort de collaboration a été le manque d’enregistrements de base fiables, appelés enregistrements « de référence », qui peuvent être utilisés pour relier des vocalisations spécifiques à l’AHD et aux autres espèces de dauphins qui peuvent être présentes dans la même zone.  Les caractéristiques (durée et fréquence) des vocalisations produites par de nombreuses espèces de dauphins se chevauchent. Les classificateurs acoustiques d’espèces doivent donc être développés à l’aide de ces enregistrements « de référence » de toutes les espèces présentes dans une zone.  Dans notre cas, les grands dauphins, les dauphins communs et même les lamantins vocalisent et leur aire de répartition et leur habitat se chevauchent avec ceux de l’AHD ; nous devons donc collecter des enregistrements de référence avec confirmation visuelle de l’espèce vocalisant pour développer notre classificateur.

Pour relever ce défi, les partenaires du CCAHD entreprennent les projets et collaborations suivants :

Congo :  Renatura, partenaire du CCAHD, a travaillé avec Chelonia Limited pour déployer des hydrophones de fond appelés F-POD dans quatre zones littorales entre Pointe Noire et les réserves marines communautaires de Loango, où leurs équipes effectuent des comptages réguliers des traces de tortues et des nids.  Des agents de terrain spécialisés effectuent des observations visuelles afin de relier les observations d’AHD à des moments et à des endroits précis lorsque les F-PODs enregistrent, ce qui permettra au directeur de Chelonia Ltd., le Dr Nick Tregenza, d’extraire les données « justificatives » des enregistrements et de les utiliser pour élaborer un classificateur basé sur les clics et les trains de clics enregistrés par les F-PODs.

Gabon :  Docteure Julie Oswald et le professeur Vincent Janik de l’Université de St Andrews ont rendu visite à Judicael Regis Kema Kema, membre du CCAHD, alors qu’il travaillait sur son doctorat à l’Université de La Rochelle, pour le former à l’utilisation d’un hydrophone et d’un enregistreur qu’ils lui ont prêtés et qui peuvent être utilisés pour faire des enregistrements à partir d’un bateau lors de rencontres avec des dauphins. Regis et son équipe mènent régulièrement des études côtières au cours desquelles ils rencontrent des grands dauphins et des dauphins à bosse, et ils espèrent pouvoir recueillir des enregistrements de référence de ces deux espèces. Ils ont déjà eu une rencontre réussie avec des grands dauphins en plein sifflement et attendent avec impatience d’en avoir beaucoup d’autres occasions.

Cameroun :  Oswald et Janik ont également prêté à l’équipe d’AMMCO au Cameroun un hydrophone et un enregistreur permettant d’effectuer des enregistrements à partir d’un bateau. Clinton Factheu, dont la recherche doctorale porte sur le suivi acoustique passif des lamantins, cherchera de nouvelles occasions de déployer l’unité lors de travaux marins et côtiers au Cameroun. Clinton participera également à l’analyse des enregistrements acoustiques du Cameroun.

Guinée :  Des recherches par bateau de l’AHD ont été menées régulièrement en Guinée dans le cadre d’un projet de conservation des dauphins d’une durée de 2,5 ans mis en œuvre par le CCAHD en collaboration avec Biotope Guinée et le CNSHB et financé par le Fonds de conservation des espèces Mohamed Bin Zayed. Au cours des deux dernières études en 2023 et 2024, le chercheur principal du projet, Dr. Tilen Genov, a pu utiliser un hydrophone mis à disposition par le partenaire du CCAHD, Morigenos – Slovenian Marine Mammal Society, pour enregistrer les vocalisations de l’AHD lors des suivis focalisés en bateau.  Ces enregistrements seront analysés par l’équipe de St Andrews dans le cadre du plus large effort régional.

Sénégal : Dans le cadre d’un projet de recherche et de surveillance à long terme sur les dauphins dans le Delta du Saloum, le partenaire du CCAHD, l’African Aquatic Conservation Fund (AACF) au Sénégal, a déployé des F-POD (fournis par Chelonia Ltd) et des SoundTraps (une unité fournie par Ocean Instruments) depuis juillet 2021.  Alors que les F-PODs sont focalisés sur l’enregistrement des clics, les SoundTraps enregistrent également les sifflements des dauphins. En déployant les unités côte à côte, on espère que les enregistrements pourront être analysés pour relier les deux types de vocalisations.  En 2024, l’équipe AACF a également commencé à utiliser des hydrophones fournis par l’Université de St Andrews pour faire des enregistrements depuis le bateau pendant les rencontres avec les dauphins AHD et les grands dauphins.  Pour plus d’informations, voir le rapport de 2022 de la Commission baleinière internationale.

Les collaborations facilitées par le groupe de travail sur l’acoustique du CCAHD commencent à porter leurs fruits.  On espère que d’ici un an ou deux, les données collectées par les partenaires des pays de l’éventail peuvent être utilisées dans un projet financé par la Fondation Loro Parque pour développer des classificateurs d’intelligence artificielle (IA) afin d’analyser des centaines d’heures d’enregistrements et de détecter les vocalisations de l’AHD et d’autres dauphins.  Une fois cet outil développé, le suivi acoustique passif pourra être utilisée dans ces pays et dans d’autres pays de l’aire de répartition de l’AHD afin de mieux comprendre la distribution de l’espèce, l’utilisation de son habitat et les menaces qui pèsent sur elle.

Restez à l’écoute !

L’équipe de Renatura au Congo collabore avec les pêcheurs locaux pour déployer les FPods fournis par Chelonia Ltd.

Le Dr. Tilen Genov écoute les dauphins à bosse de l’Atlantique lors d’une rencontre près de l’estuaire du Rio Nunez en Guinée.

Diana Seck, de l’African Aquatic Conservation Fund, programme le Soundtrap fourni par Ocean Instruments, afin de le préparer au déploiement dans le Delta du Saloum, au Sénégal.

Julie Oswald, de l’université de St. Andrews, présente un exposé sur la surveillance acoustique passive (PAM) à l’équipe de l’Organisation africaine de conservation des mammifères marins (AMMCO) au Cameroun.