Accueil

Le plan d’action par espèce pour le dauphin à bosse de l’Atlantique en voie d’adoption par la convention sur les espèces migratrices

Le plan d’action par espèce pour le dauphin à bosse de l’Atlantique en voie d’adoption par la convention sur les espèces migratrices

Dauphins à bosse de l’Atlantique (Sousa teuszii) dans le Delta du Saloum, Sénégal

La Convention sur les espèces migratrices (CMS) tiendra sa 14th Conférence des Parties (COP) en Ouzbékistan du 12 au 17 février 2024. Le document UNEP/CMS/COP14/Doc.27.5.2/Rev.2 présente un nouveau Plan d’action par espèce (SSAP) pour le dauphin à bosse de l’Atlantique, espèce en danger critique d’extinction, ainsi qu’un projet de Résolution et des projets de Décisions pour adoption.  L’adoption du SSAP peut aider à stopper le déclin de cette espèce vers l’extinction.

Un plan d’action régional

Le dauphin à bosse de l’Atlantique est l’une des espèces de dauphins les plus menacées de la planète. Sa dépendance à l’égard des eaux peu profondes proches des côtes expose l’espèce au risque de prises accidentelles par les pêcheries, à la chasse et à la perte d’habitat. Depuis plus de 30 ans, la CMS joue un rôle de premier plan en fournissant un cadre pour la recherche et la conservation de cette espèce. Le projet de SSAP représente l’aboutissement d’années de recherche et de recommandations. Il a été rédigé par des scientifiques internationaux et des États de l’aire de répartition, et a fait l’objet de plusieurs cycles d’examen par le biais d’un comité directeur convoqué par la CMS, d’une invitation ouverte aux points focaux de la CMS des États de l’aire de répartition, et d’un atelier en personne pour les points focaux des États de l’aire de répartition en septembre 2023. Le SSAP examine les menaces connues qui pèsent sur l’espèce, classe leur gravité et détaille une série d’actions recommandées qui sont nécessaires pour répondre à chacune d’entre elles. Ces actions sont les suivantes :

  • Recherche sur le terrain pour combler les lacunes en matière de connaissances qui entravent l’efficacité de la conservation.
  • Création de réseaux d’observation scientifique citoyenne et autonomisation des communautés côtières.
  • Sensibilisation et renforcement des capacités de tous les acteurs concernés.
  • Création d’outils pour les parties prenantes du gouvernement et de l’industrie.
  • Amélioration de l’application des mécanismes réglementaires et création de zones protégées.

Résolutions et décisions

Il est recommandé à la COP d’adopter le SSAP pour le DHM dans le but de « promouvoir la durabilité à long terme des populations et de leurs habitats en réduisant les effets négatifs des activités humaines par le biais de la recherche, de la sensibilisation, du renforcement des capacités et des actions de conservation ». Il est également recommandé à la COP d’adopter les résolutions et décisions suivantes :

  • Les Parties à la CMS et les États de l’aire de répartition non Parties sont encouragés à mettre en œuvre le SSAP au cours des trois prochaines années grâce à une collaboration active entre une série de parties prenantes gouvernementales et non gouvernementales, à une coopération entre les États de l’aire de répartition et à d’autres cadres intergouvernementaux pertinents.
  • Les États non parties à l’aire de répartition sont invités à fournir un soutien technique et en matière de renforcement des capacités.
  • Les OIG et les ONG sont encouragées à apporter leur soutien technique et leur expertise.
  • Le Consortium pour la conservation du dauphin à bosse de l’Atlantique (CCAHD) est invité à poursuivre son soutien actif à la recherche et à la conservation de l’espèce.
  • Le Secrétariat de la CMS est chargé de surveiller la mise en œuvre du SSAP, en collaboration avec le groupe de travail sur les mammifères aquatiques du Conseil scientifique, et, sous réserve des ressources disponibles, de convoquer une réunion des États de l’aire de répartition pour discuter de la mise en œuvre et des priorités.

Cliquez ici pour télécharger une fiche d’information d’une page qui peut être utilisée pour soutenir l’enseignement aux décideurs impliqués dans la COP de la CMS et/ou les mesures de conservation régionales pour les dauphins à bosse de l’Atlantique.